PAGE EN COURS DE PRÉPARATION

Éditions précédentes

Artistes sélectionnés pour Regards sur cours 2017 :

Marina Alfaya (Brésil)

Vivant et travaillant à Salvador (Bahia au Brésil) dont elle est originaire, Marina Alfaya est une artiste visuelle développant une recherche poétique sur les expériences urbaines et l’imaginaire collectif. Elle utilise des techniques multiples comme la photographie, l’art postal, la gravure, la peinture, la céramique, la poésie visuelle, l’intervention urbaine et les installations.Marina Alfaya 2 Marina Alfaya 1

 

Rosy Auguste (Guadeloupe)

Rosy Auguste est née à Marie Galante, une petite île de l’archipel guadeloupéen dans les Caraïbes. Pendant plusieurs années, elle a exercé le métier de professionnelle de santé. Afin d’allier son travail de soignante et sa passion d’artiste, elle a animé des ateliers créatifs pour personnes malades, notamment en milieu psychiatrique. Tout en menant une étude sur l’art brut, Rosy a cherché à explorer de nouvelles techniques. Elle s’est inspirée des travaux de Janet Sobel, initiatrice du « all-over », et du mouvement de l’expressionnisme abstrait (école de New York) pour aboutir à une méthode de « fluid’art » se fondant, dans sa pratique, sur les découvertes du Docteur Roger Vittoz, psychosomaticien. Rosy poursuit ses recherches pour appliquer sa technique sur de nouveaux supports. Elle a effectué en 2015 un voyage d’études au Japon sur le Suminagashi (encres flottantes). En 2016, après une série de performances collectives dans le cadre du Dak’Art, l’artiste a réalisé une résidence au Patio à Saint-Louis du Sénégal. Son objectif était d’explorer les techniques de teinture traditionnelle et leur potentiel de création artistique contemporaine.

Rosy Auguste 1 Rosy Auguste 2

Cécile Balate (Belgique)

Cécile Balate est scénographe et plasticienne belge. Au-delà de son travail au théâtre et pour l’événementiel, elle développe un langage intime de la matière autour du fusain, du feu, du bois, de la craie… Elle questionne dans ces matières friables les abîmes de la condition humaine.

Cécile Balate 1

Anusch Bayens (Belgique)

Ma fascination pour les perles m’a amenée au travail du verre dans ses différentes techniques à chaud et à froid. La photo est peu à peu devenue une évidence et une nécessité. Je vis aujourd’hui entre Bruxelles, et Murano et j’expose régulièrement en Belgique et à l’étranger.  J’ai retrouvé à Venise la lagune de mon enfance Abidjanaise : comme une évidence, le cercle de la vie…

Anusch Bayens

Johanna Bramble (Sénégal)

Ses origines et son environnement multiculturel ont fait de Johanna Bramble une métisseuse. Curieuse naturellement et passionnées de savoirs faires traditionnels, elle explore la planète, et ses rencontres nourrissent une créativité résolument moderne. Indéniablement, Johanna Bramble aspire à préserver et révéler les savoirs ancestraux liés aux tissages et ce dans un souci de qualité et d’originalité. Ce projet a pour ambition de pérenniser le tissage Manjak et de redynamiser un patrimoine textile d’une grande richesse tout en favorisant l’insertion économique d’artisans tisserands, aux yeux de qui le tissage est un trésor.

Johanna Bramble

Jérôme Cigara (Sénégal)

Aquarelliste, carnettiste et illustrateur, il compile des carnets de voyages, de Saint Pierre & Miquelon à Dakar, en passant par l’Amérique et L’Europe. Il enseigne et anime régulièrement des ateliers d’arts plastiques, illustre des publications jeunesse et expose son travail dans les différents lieux où il réside.

Jérôme Cigara 2Jérôme Cigara 1

 

 

 

 

 

 

 

 

Delphine Delas (France)

Delphine Delas est une artiste française. Professeur d’arts plastiques également, elle poursuit actuellement un doctorat en Arts à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle travaille essentiellement dans l’espace urbain en tissant des liens dans ses œuvres avec la littérature, l’histoire des lieux et l’histoire de l’art.

Sa pratique et ses techniques sont multiples, qu’elle exprime au travers d’œuvres murales, d’illustrations, d’installations, de bande dessinée, de peintures, dessins, graffitis, et de street art. Elle joue avec toutes ces frontières pour créer un art presque nomade, sans aucune limite, ni code. (www.delphine-delas.com).

Delphine Delas

Mohamed Dème (Sénégal)

Mohamed Dème est un artiste plasticien. L’art qu’il exerce est un don familial qu’il a hérité de son père qui faisait des tableaux ainsi que de son frère Assane Dème, connu au plan international. L’art est sa passion.

Mohamed Dème

Aliou Diack dit Badu (Sénégal)

Admis au concours d’entrée à l’École nationale des arts de Dakar en 2009, Aliou Diack dit Badu est sorti major de sa promotion en 2013 au département d’expression. Depuis l’artiste excelle dans le rang des jeunes talent de l’art contemporain africain. Il expose souvent à la galerie Atiss.

Aliou Diack dit Badu

Madior Dieng (Sénégal)

Madior Dieng propose une médiation sur nos différentes manières de regarder l’art, la nature, l’autre et ce monde qui nous entoure … en nous donnant du plaisir et de la souffrance. Son travail se construit par l’observation accumulée jour après jour. Il transmet ses sensations sur la toile par l’abstrait : formes, couleurs, figures, visages et paysages.

Madior Dieng

Aurélie Dussossoy (Sénégal)

Aurélie Dussossoy est une plasticienne française, née à Boulogne-sur-Mer en 1980. Issue d’une formation journalistique, sa passion pour le photocollage naîtra au gré de ses multiples résidences à l’étranger (Italie, Thaïlande, Jérusalem, Jordanie). Inspirée par les textures de murs en décomposition et l’art urbain, c’est en Jordanie que la galerie Dar Al-Anda lui donnera la possibilité d’exposer son travail pour la première fois. Ses tableaux reflètent le temps qui passe, et racontent les mystères des quartiers qui l’entourent. A la photo, elle associe des textures qui vont recréer le vécu. Elle réside depuis septembre 2016 à Dakar.

Aurélie Dussossoy

Baptiste Gerbier (Mali)

Né en 1981, Baptiste Gerbier partage sa vie entre le Mali et la France. A Bamako, il fait partie du collectif Atelier Badialan. Tout son travail vise à restituer l’œuvre du temps. Il peint exclusivement sur carton car ce support lui permet d’inscrire une durée dans une matière et de faire naître un relief, comme s’il sculptait. Cette dimension matérielle est pour lui primordiale car il cherche à restituer le temps de manière physique : il faut pouvoir toucher le temps (www.baptistegerbier.com).

 Baptiste Gerbier

Serigne Gueye (Sénégal)

Ferronnier et artiste autodidacte, créé depuis 2007, dans son atelier de Sor Saint-Louis « KAAYE KHOOLE », en français « VIENS VOIR ! », du mobilier et des objets, inspirés du thème de la nature et de l’eau qui lui sont chers. « C’est en forgeant que l’on devient forgeron … ». C’est ce que se plait à répéter cet artisan laborieux, né à Saint-Louis, qui pratique un métier ancestral dans la région du Nord Sénégal, métier qui mérite un hommage.

Serigne Gueye

Nathalie Guironnet (Sénégal)

Photodidacte, Nathalie GUIRONNET vit à Dakar depuis 5 ans. Elle travaille sur la place de l’homme dans la société. Le reportage documentaire lui permet de montrer le quotidien vécu par d’autres ; dans sa pratique, elle tente de capter des moments et des détails qui ne sont plus visibles tant on les voit. Elle cherche à transmettre l’émotion et la curiosité qui la poussent à photographier des instants à la fois identiques, et uniques. Elle a participé à de nombreuses expositions à Dakar et publié en ligne deux reportages.

Nathalie Guironnet

Joëlle le Bussy (Sénégal)

Joëlle le Bussy s’est spécialisée dans la création de meubles et objets en bois précieux d’Afrique. Elle assemble les essences pour créer des surfaces graphiques et colorées. Elle les présente dans sa galerie à Dakar (www.arte.sn).

Joelle le Bussy

Benjamin Monteil (Belgique)

Né et ayant grandi au Sénégal, vivant et travaillant actuellement à Bruxelles, Benjamin Monteil recherche dans le travail de la gravure et du collage, le témoin du chevauchement d’espaces et de cultures différentes, à l’heure de leur homogénéisation forcée par le tout-économique.

Benjamin Monteil 1Benjamin Monteil 2

Giorgio Piccaia (Italie)

Giorgio Piccaia, artiste italien, né à Genève, Suisse. Il est le fils de l’art, son père Matteo est un maître du XXe siècle, et avec lui depuis l’enfance il fréquente le milieu artistique à Genève et à Milano, en Italie, où la famille déménage. Il a étudié architecture à l’Ecole Polytechnique de Milan avec Corrado Levi. Entre 1970 et 1980, il a travaillé en Pologne et en Italie avec Jerzy Grotowski, un grand du théâtre contemporain. Ses œuvres sont des peintures, des installations et des céramiques. Il vit e travaille in Italie, Agrate Conturbia dans la province de Novara. (www.giorgiopiccaia.blogspot.it).

Giorgio Piccaia

Fally Sene Sow (Sénégal)

Fally Sene Sow est un artiste autodidacte qui a réinventé la technique du sous-verre. Il utilise l’acrylique et les collages et ses personnages semblent sortir de l’œuvre. Ses tableaux représentent les désordres urbains des villes du Sénégal.

Fally Sene Sow

Patricia Septier (France)

Appréciant les arts de la table, Patricia Septier a su marier la dureté du verre et la légèreté du voile mauritanien, en jouant avec les couleurs, les formes et la transparence.

Patricia Septier

Ibrahima Thiam (Sénégal)

Ibrahima Thiam est né à Saint-Louis du Sénégal. Il se consacre à la photographie suite à un atelier durant le Mois de la photo à Dakar en 2009. Son travail se traduit à travers l’installation et la photographie. Il a participé à plusieurs expositions nationales et internationales.

Ibrahima Thiam

Jean-Claude Thoret (Sénégal)

« La photographie nous fait voir ce que les yeux ne voient pas ». Né en France en 1942, docteur en Anthropologie, Jean-Claude Thoret a travaillé en Afrique de l’Ouest, en Equateur, au Mexique. Aujourd’hui, basé à Dakar, il privilégie l’approche du « portrait » : portraits de femmes, portraits masqués des hommes-lions, portraits de poissons.

Jean-Claude Thoret

Babacar Traoré (dit Doli) (Sénégal)

La Médina, où je suis né, et son urbanisme chaotique constituent la matière première de mon travail. Je suis un photographe de quartier, et mon quartier, c’est le monde.
J’utilise la photographie pour archiver les moments de mon quotidien. Mais le plus souvent, je retravaille l’image pour enrichir l’instantané.

Babacar Traoré

Khéraba Traoré (Sénégal)

Artiste plasticien vidéaste sénégalais né le 06 juin 1987 à Vélingara dans la région de Kolda (Sénégal), Khéraba est issu d’une modeste famille d’artistes multidisciplinaires. Diplômé de l’école nationale des arts de Dakar. Il travaille sous le thème la violation des droits de l’enfant. Ces mediums d’expressions sont la craie grasse (pastel), la colle, le papier journal sur toile comme moyen. Au fil du temps il découvre un univers fascinant qui confirme ses ambitions. En réalisant des bandes dessinées et des films d’animation s’inspirant du quotidien des enfants.

Khéraba Traoré

Pascal Nampémanla Traoré (Côte-d’Ivoire)

Pascal Nampémanla Traoré est un plasticien, qui sans nécessairement se situer par rapport à des racines précises explore une dynamique nouvelle avec au centre de sa démarche, l’Homme aux prises avec la société. Après avoir exploré les thèmes de l’environnement et l’occupation anarchique des espaces publiques, il travaille en ce moment sur une réinterprétation de l’actualité. Sur les milliers de caractères imprimés sur les pages des quotidiens, il réimprime son interprétation de l’information. Un titre, une photo, un article, un événement … Tout est un prétexte pour dessiner, hachurer sans arrêt jusqu’à voir apparaître l’image et laisser le message prendre toute la place.

Pacal Nampémania Traoré

Arlette Vandeneycken (Mauritanie)

Née en 1967, Arlette Vandeneycken a grandi en Belgique, au Canada et en Allemagne. Depuis 2000 elle a vécu au Rwanda, puis au Cameroun et actuellement en Mauritanie. Ses peintures sont inspirées de la vie quotidienne et de sujets sociaux et environnementaux.

Arlette Vandeneycken